L’édito de Linux Pratique Hors-série n°47 !

Avez-vous déjà entendu parler des « digital native » ? Le terme désignerait toute personne née et élevée dans un environnement numérique, en gros un « enfant du numérique », né entre la fin des années 80 et le début des années 90. Selon Wikipédia, cette génération aurait « grandi pendant l’explosion du Web documentaire (Web 1.0) et l’avènement du Web social (Web 2.0) » et aurait ainsi des facilités avec les nouvelles technologies.

Me trouvant justement dans la tranche d’âge ciblée, je dois reconnaître que celles-ci ont évolué très vite ces dernières années. J’ai encore un vague souvenir du Minitel que possédait mes parents, puis de notre premier PC avec son gros écran cathodique et de notre accès Internet assez laborieux et bruyant, mon premier téléphone portable, l’arrivée des réseaux sociaux, le boom du Web et l’avènement de ses géants, les cassettes audio, puis les CD et enfin le streaming pour la musique, les VHS, puis les DVD, les Blu-Ray et les plateformes de streaming également pour la vidéo, mon premier ordinateur portable, puis mon smartphone… Oui, décidément, tout cela est allé très vite, mais nous eu l’avantage de grandir en même temps que l’arrivée de toutes ces technologies, passant de l’une à l’autre assez naturellement, tout en essayant de garder un certain recul sur leur utilisation. Tout cela, cependant, sans forcément percevoir de suite les risques d’un mode de vie toujours plus « connecté ».

Un mode de vie dont les répercussions risquent plus de toucher les nouvelles générations et celles à venir, complètement entourées dès leur plus tendre enfance de gadgets technologiques. Il faut dire que nous disposions de peu de recul jusque-là pour savoir si les « écrans » pouvaient avoir un impact sur notre santé et notre développement. De récentes études sur le sujet ont pu démontrer que l’exposition précoce aux écrans pouvait développer de nombreux déficits : troubles de l’attention, de la mémorisation, difficultés à développer le langage, mais aussi des problèmes liés à la sédentarité ou au sommeil… Le CSA recommande aux parents de préserver leurs enfants des écrans avant l’âge de 3 ans [1]. L’OMS émet quant à elle des préconisations sur le sujet pour les enfants de 1 à 4 ans [2]. Pour certains, l’exposition aux écrans serait même un vrai problème de santé publique, comme s’en est inquiété récemment le directeur de recherche en neurosciences à l’INSERM qui va jusqu’à parler d’expérience de « décérébration » [3].

La vigilance est donc de mise concernant l’utilisation des nouvelles technologies, que ce soit par les plus jeunes, mais aussi par nous-mêmes. Tâchons de montrer l’exemple en utilisant davantage le numérique comme un outil de travail que comme principale source d’occupation pour lutter contre l’ennui. D’ailleurs, cela tombe bien, le contenu du dossier de ce numéro vous aidera à être plus productifs et à passer en principe moins de temps devant votre écran 😉

[1] https://www.csa.fr/Proteger/Protection-de-la-jeunesse-et-des-mineurs/Les-enfants-et-les-ecrans-les-conseils-du-CSA

[2] https://www.who.int/fr/news-room/detail/24-04-2019-to-grow-up-healthy-children-need-to-sit-less-and-play-more

[3] https://www.franceinter.fr/emissions/l-invite-de-8h20-le-grand-entretien/l-invite-de-8h20-le-grand-entretien-25-octobre-2019

Aline Hof


 Retrouvez Linux Pratique Hors-série n°47 :